samedi 18 septembre 2021
Recherche Scientifique : Les chercheurs ivoiriens anticipent la riposte contre les maladies virales du manioc

Recherche Scientifique : Les chercheurs ivoiriens anticipent la riposte contre les maladies virales du manioc

Dans le cadre du programme Wave (West African Virus Epidemiologie), une cérémonie d'ouverture de l'atelier de présentation du plan de riposte contre les maladies virales du manioc , s'est tenue ce mercredi 23 juin 2021,au sein du Pôle Scientifique et d'Innovation de l'Université FHB de Bingerville en présence d'un parterre de personnalités du monde universitaire et de la recherche et de la presse.

Le Pr Abdoulaye SANGARÉ, vice-président de de l'Université FHB en charge de la Recherche et de l'Innovation Technologique en sa qualité de représentant du Président de l'Université BALLO Zié, a signifié que ce plan d'action élaboré de manière participative et inclusive avec les principaux acteurs de la chaîne de valeur manioc, a pour vocation de freiner la progression de la striure brune du manioc (CBSD) de l'Afrique centrale vers l'Afrique de l'ouest et contrôler la maladie mosaïque africaine du manioc déjà présente en Côte d'Ivoire à travers son système de veille, d'alerte précoce et son plan de riposte. Il ajoute également que ce programme d'action va favoriser la production du manioc et préservera ''l'Attiéké National'' tant prisé par les populations ivoiriennes et de  la sous-région .


Poursuivant son propos, '' Ces deux maladies virales que sont la mosaïque du manioc et la Striure brune (CBSD) peuvent causer des pertes de rendement allant de 40 à 100% et impacter négativement la vie socio-économique des populations. Le rendement moyen du manioc qui est de 7 tonnes /ha comparé à l'Asie qui affichait un rendement moyen de 21,34 tonnes /ha en 2016 est fortement liée à ces maladies virales. Cette situation pourrait être corrigée grâce à l'implémentation du plan d'action national de lutte contre les maladies virales pour le grand bonheur du million du million de producteurs de manioc en CI'', a-t-il relevé.

Quant au Pr Fatou SORO , Directrice de la Valorisation et de l'innovation , représentant Adama DIAWARA, du Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique a relevé que ce plan d'action s'inscrit dans l'objectif principal de WAVE qui est d'augmenter de manière durable la production alimentaire en Afrique du Centre et de l'Ouest en développant des méthodes de contrôle et de gestion efficace des maladies des plantes, ainsi que de prévenir l'incursion de maladies exotiques des plantes dans de nouvelles zones.

Suivant ,''Le plan d'action dont il s'agit aujourd'hui devrait servir de boussole pour la CI et au-delà , pour l'Afrique occidentale et centrale en concordant les efforts avec les autres pays membres de WAVE qui en disposent. Il est toujours préférable de prévenir l'invasion des phytopathogènes dans une région car il sera trop tard et laborieux de lutter contre eux, une fois établis dans une région donné. Ainsi, nous espérons que les conclusions auxquelles vous allez aboutir permettront à WAVE , ses partenaires de la DPVCQ et tous les acteurs de la filière manioc d'implémenter ce plan d'action.'' a souligné Pr Fatou SORO.

Bien avant , le Pr KEITA en sa qualité du Directeur Exécutif du Programme WAVE , à travers un brillant exposé, a présenté et identifié les différentes pathologies du manioc et leur mode de propagation et les zones les plus touchées. De même, il a ébauché les mesures et les actions à implémenter contre lesdits pathologies.

Il faut souligner que c'est en Novembre 2018 que ledit plan d'action a été initié par le Programme Wave dans la ville de Yamoussoukro.

Debank

News Letter

Abonnez-vous à notre newsletter pour obtenir l'actualité à tout moment.

logo-echodabidjan.com